Archives de catégorie : Finistère

Description catégorie Pano Finistère

Landévennec

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Landévennec[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]andévennec est située à l’embouchure de l’Aulne dans la rade de Brest, à égale distance de Brest et de Quimper (55 km). Avec ses 1 385 hectares, Landévennec est la plus petite commune de la presqu’île de Crozon.
[dropcap2 variation= »steelblue »]E[/dropcap2]lle est surtout connue pour son Abbaye Saint-Guénolé de Landévennec, réputée avoir été fondée au Ve siècle par saint Guénolé, ce qui en fait une des plus anciennes et plus importantes de Bretagne. Abandonnée en 1793, elle est relevée par une nouvelle communauté monastique bénédictine en 1958, qui y construit de nouveaux bâtiments. Elle est affiliée à la congrégation de Subiaco.
Les ruines de l’ancienne abbaye ainsi qu’un musée historique sont accessibles au public.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e cimetière des navires de Landévennec est un méandre de l’Aulne, situé à proximité de Landévennec, où sont stockés certains navires, en particulier de la Marine nationale française, en attente de démantèlement.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Landévennec de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »80,81,82,83,84,85,303″ disable= »map » headerlegend= »de Landévennec »]

Locronan – L’église

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Locronan[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]ocronan est un petit village de caractère du département du Finistère.
L’important patrimoine architectural de Locronan, préservé très précocement, a permis au village d’être membre du réseau des petites cités de caractère. Locronan est aussi aujourd’hui gratifié du label des plus beaux villages de France.
[dropcap2 variation= »steelblue »]A[/dropcap2]utour de l’église, les toits du village sont des œuvres d’art. La place, dotée en son centre de l’ancien puits communal, longtemps seule source d’eau potable de la cité, prend toute sa dimension chaque deuxième dimanche de juillet lors des Troménies, mais encore plus toutes les six années lors de la Grande Troménie (la dernière a eu lieu en 2007, la prochaine en 2013). La place est bordée de 14 maisons en granit qui composent un ensemble architectural remarquable, témoignant de la richesse des marchands de toile et autres notables qui les firent édifier aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle dont le Bureau des toiles et l’hôtel de la Compagnie des Indes.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Locronan de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »79,78″ disable= »map » headerlegend= »de Locronan »]

Locronan – La place centrale

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Locronan[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]ocronan est un petit village de caractère du département du Finistère.
L’important patrimoine architectural de Locronan, préservé très précocement, a permis au village d’être membre du réseau des petites cités de caractère. Locronan est aussi aujourd’hui gratifié du label des plus beaux villages de France.
[dropcap2 variation= »steelblue »]A[/dropcap2]utour de l’église, les toits du village sont des œuvres d’art. La place, dotée en son centre de l’ancien puits communal, longtemps seule source d’eau potable de la cité, prend toute sa dimension chaque deuxième dimanche de juillet lors des Troménies, mais encore plus toutes les six années lors de la Grande Troménie (la dernière a eu lieu en 2007, la prochaine en 2013). La place est bordée de 14 maisons en granit qui composent un ensemble architectural remarquable, témoignant de la richesse des marchands de toile et autres notables qui les firent édifier aux XVIIe siècle et XVIIIe siècle dont le Bureau des toiles et l’hôtel de la Compagnie des Indes.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Locronan de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »77″ disable= »map » headerlegend= »de Locronan »]

Camaret-sur-Mer

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Camaret-sur-Mer[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]amaret se trouve à 80 km de Brest par voie routière et 65 km de Quimper et se situe à l’extrême ouest de la Presqu’île de Crozon. Entourée par l’océan, à l’entrée du goulet de Brest, c’est cette situation géographique privilégiée qui fera de Camaret-sur-Mer, un important port de relâche, jusqu’à l’apparition de la navigation à vapeur. Camaret, dont la moitié de la superficie est constituée de zones naturelles protégées, fait partie du parc naturel régional d’Armorique. C’est une station balnéaire tranquille.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]port de Camaret. Longeant la mer pour atteindre le sillon, la quai Toudouze, principal quai du port, traverse le centre Camaret.
En 1835, un projet de quai est mis à l’étude aux Ponts et Chaussées. La construction débute en 1842. Il a une longueur de 350 m et une largeur de 30 m et possède quatre cales. En 1895, il est agrandi. Au bout de ce dernier, c’est le quai du Styvel avec sa cale de lancement construite après 1926. Sur la grève, on peut encore admirer deux carcasses de langoustiers, le Belle Étoile et le Maryvonne. En face, il y a le port de plaisance. En 1963, est construite une nouvelle digue pour abriter les pontons réservés à la plaisance. Après avoir emprunté le sillon qui mène à la tour Vauban et à la chapelle ND de Rocamadour, on accède au terre-plein de la capitainerie du port. On remarque le môle avec, à son extrémité, le phare vert. La construction de celui-ci a débuté en 1842 pour se terminer en 1857.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Camaret-sur-Mer de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »76,74,75″ disable= »map » headerlegend= »de Camaret-sur-Mer »]

Pointe de Pen-Hir

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la pointe de Pen-Hir[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a pointe de Pen-hir (bret. Beg Penn Hir) est une pointe de Bretagne dans la presqu’île de Crozon. Elle est située au sud-ouest sur le territoire de la commune de Camaret-sur-Mer. Par temps clair on peut voir jusqu’à la pointe du Raz et l’île de Sein, ainsi que jusqu’à l’île d’Ouessant et la pointe Saint-Mathieu. Les falaises à pic, hautes, avec une différence de niveau d’environ 70 mètres avec la mer d’Iroise, sont pour cette raison utilisées pour l’escalade.
En contrebas de la pointe se trouvent les « Tas de Pois » : Grand Dahouët, Petit Dahouet, Penn-Glaz (tête verte), Chelott, Bern-Id et Ar Forc’h (la Fourche). Cet avancement fut anciennement nommé à cause de leur forme Pézeaux ou Tas de Foin avant d’être rebaptisé au milieu du XIXe siècle en Tas de Pois.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e Monument aux Bretons de la France libre, dite Croix de Pen-Hir est un monument commémoratif aux Bretons de la France libre, inaugurée dans les années 1960 par le Général de Gaulle.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pointe de Pen-Hir de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »71,72,73″ disable= »map » headerlegend= »de la pointe de de Pen-Hir »]

Pointe des Espagnols

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la pointe des Espagnols[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a pointe des Espagnols constitue l’extrémité nord-est de la presqu’île de Roscanvel, excroissance de la presqu’île de Crozon fermant la rade de Brest.
Elle marque également l’extrémité sud-est du goulet de Brest (les autres extrémités étant marquées par la pointe des Capucins, la pointe du Petit Minou et la pointe du Portzic).
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstituée d’une falaise de plus de 60 mètres de hauteur, au sommet et en bas de laquelle subsistent les vestiges de fortifications militaires et de bâtiments d’hébergement de troupes, la pointe se prolonge vers le nord-est par le rocher de la Cormorandière, marqué d’une perche. L’étroit chenal situé entre la pointe et le rocher est le siège des plus forts courants agitant la rade.
Cette position stratégique, face à Brest fut déjà remarqué du temps des ducs de Bretagne, qui y implantèrent un fortin dès 1387 (aujourd’hui disparu). En 1594, les Espagnols y débarquèrent et n’en furent délogés qu’après d’âpres combats. C’est de cette période que la pointe tira son nom.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pointe des Espagnols de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »68,69,70″ disable= »map » headerlegend= »de la pointe des Espagnols »]

Morgat – L’anse de Morgat à marée basse

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Morgat[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e village de Morgat se situe sur la commune de Crozon dans le Finistère en France. C’est un ancien petit village de pêcheurs Morgat devenu port sardinier, puis thonnier important dans les années 1960-1970, avant la régression des sardines, puis des thons.
Il est peu à peu devenu une station balnéaire, à partir de la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion de la construction des débuts d’une station balnéaire en 1883 par Armand Peugeot.
On peut encore admirer tout au long du Boulevard de la Plage, les manoirs construits au XIXe siècle et début du XXe siècle par de riches familles parisiennes qui ont suivi la famille Peugeot.
L’anse de Morgat est située en baie de Douarnenez et est limitée par Crozon à l’Est et la pointe du Kador (Beg ar Gador) à l’ouest.
[dropcap2 variation= »steelblue »]U[/dropcap2]ne plage de sable fin s’étend au nord finissant en galets côté Crozon où le niveau du sable baisse depuis que les travaux d’agrandissement du port ont modifié les caractéristiques hydrodynamiques de l’anse de Morgat.
Morgat est réputée pour ses grottes, dont la couleur rouges et rosée sont dues aux oxydes des de fer. La renommées de ces grottes est due aux carnets de voyages des nombreux visiteurs de la Presqu’île de Crozon qui comme Gustave Flaubert, en 1847, décrivait sa visite des grottes marines de Morgat : « la barque roulait à la godille, on se sentait entraîné vers un royaume nacré, étrange, comme dans un couloir magique ».
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Morgat de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »64″ disable= »map » headerlegend= »de Morgat »]

Morgat

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Morgat[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e village de Morgat se situe sur la commune de Crozon dans le Finistère en France. C’est un ancien petit village de pêcheurs Morgat devenu port sardinier, puis thonnier important dans les années 1960-1970, avant la régression des sardines, puis des thons.
Il est peu à peu devenu une station balnéaire, à partir de la fin du XIXe siècle, sous l’impulsion de la construction des débuts d’une station balnéaire en 1883 par Armand Peugeot.
On peut encore admirer tout au long du Boulevard de la Plage, les manoirs construits au XIXe siècle et début du XXe siècle par de riches familles parisiennes qui ont suivi la famille Peugeot.
L’anse de Morgat est située en baie de Douarnenez et est limitée par Crozon à l’Est et la pointe du Kador (Beg ar Gador) à l’ouest.
[dropcap2 variation= »steelblue »]U[/dropcap2]ne plage de sable fin s’étend au nord finissant en galets côté Crozon où le niveau du sable baisse depuis que les travaux d’agrandissement du port ont modifié les caractéristiques hydrodynamiques de l’anse de Morgat.
Morgat est réputée pour ses grottes, dont la couleur rouges et rosée sont dues aux oxydes des de fer. La renommées de ces grottes est due aux carnets de voyages des nombreux visiteurs de la Presqu’île de Crozon qui comme Gustave Flaubert, en 1847, décrivait sa visite des grottes marines de Morgat : « la barque roulait à la godille, on se sentait entraîné vers un royaume nacré, étrange, comme dans un couloir magique ».
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Morgat de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »62,61,63,65,66,67″ disable= »map » headerlegend= »de Morgat »]

Pointe de Dinan – Côte Nord

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la Pointe de Dinan[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a pointe de Dinan (breton Beg Dinn) est une pointe de Bretagne dans la presqu’île de Crozon. Elle est située au sud-ouest, sur le territoire de la commune de Crozon. Elle offre une vue magnifique sur l’anse de Dinan et la pointe de Pen-Hir et ses tas de pois.
Une de ses extrémités forme comme une forteresse naturelle, à l’allure d’une ruine de château, avec son arche tel un pont-levis, c’est pour cela qu’on trouve souvent l’appellation château de Dinan (breton Kastell Dinn) pour cette formation rocheuse.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pointe de Dinan de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »55,56,57,58,59,60″ disable= »map » headerlegend= »de la pointe de Dinan »]

Pointe de Dinan – Côte Sud

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la pointe de Dinan[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a pointe de Dinan (breton Beg Dinn) est une pointe de Bretagne dans la presqu’île de Crozon. Elle est située au sud-ouest, sur le territoire de la commune de Crozon. Elle offre une vue magnifique sur l’anse de Dinan et la pointe de Pen-Hir et ses tas de pois.
Une de ses extrémités forme comme une forteresse naturelle, à l’allure d’une ruine de château, avec son arche tel un pont-levis, c’est pour cela qu’on trouve souvent l’appellation château de Dinan (breton Kastell Dinn) pour cette formation rocheuse.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pointe de Dinan de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »49,48,50,51,52,53,54″ disable= »map » headerlegend= »de la pointe de Dinan »]