Archives par mot-clé : Pont

Pont du Gard – Soleil couchant sur le Pont du Gard

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »251,250″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]

Pont du Gard – La vallée du Gardon

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
L’observation de la face interne des piliers en grand appareil du deuxième étage du pont révèle le travail des bâtisseurs romains : techniques de taille des blocs (traces de coup d’escoude) et techniques de construction (blocs posés en carreau et boutisse et blocs saillants pour la mise en place des échafaudages). En s’approchant, on constate la précision des assemblages : chaque bloc était lié aux autres par ciselage des joints sur place.
De nombreuses traces et gravures parsèment la surface du pont. Ce sont des marques d’assemblage indiquant la place des claveaux de voûtes, par exemple, « FRS II » (frons sinistra II, c’est-à-dire « face gauche 2 ») ou des symboles comme le « phallus », symbole apotropaïque (c’est-à-dire « servant à détourner des influences maléfiques »), ou bien encore des marques diverses laissées par les bâtisseurs de toutes époques pour qui le pont du Gard était l’étape obligée.
Le pont présente une courbure convexe de ses étages supérieurs du côté amont. Cette déformation a longtemps été attribuée à la volonté des constructeurs d’assurer la résistance de l’ouvrage, comme on le ferait pour un barrage-voûte. Suite à des mesures de micro-topographie exécutées en 1989, on l’interprète à présent comme le résultat d’une dilatation diurne sous l’effet de l’ensoleillement, qui provoque un déplacement d’environ 5 mm ; les pierres retrouvent leur place au cours de la nuit. La répétition de ce phénomène au cours des siècles aurait conduit à la forme actuelle du pont.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »249″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]

Pont du Gard – Le Pont du Gard

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
L’observation de la face interne des piliers en grand appareil du deuxième étage du pont révèle le travail des bâtisseurs romains : techniques de taille des blocs (traces de coup d’escoude) et techniques de construction (blocs posés en carreau et boutisse et blocs saillants pour la mise en place des échafaudages). En s’approchant, on constate la précision des assemblages : chaque bloc était lié aux autres par ciselage des joints sur place.
De nombreuses traces et gravures parsèment la surface du pont. Ce sont des marques d’assemblage indiquant la place des claveaux de voûtes, par exemple, « FRS II » (frons sinistra II, c’est-à-dire « face gauche 2 ») ou des symboles comme le « phallus », symbole apotropaïque (c’est-à-dire « servant à détourner des influences maléfiques »), ou bien encore des marques diverses laissées par les bâtisseurs de toutes époques pour qui le pont du Gard était l’étape obligée.
Le pont présente une courbure convexe de ses étages supérieurs du côté amont. Cette déformation a longtemps été attribuée à la volonté des constructeurs d’assurer la résistance de l’ouvrage, comme on le ferait pour un barrage-voûte. Suite à des mesures de micro-topographie exécutées en 1989, on l’interprète à présent comme le résultat d’une dilatation diurne sous l’effet de l’ensoleillement, qui provoque un déplacement d’environ 5 mm ; les pierres retrouvent leur place au cours de la nuit. La répétition de ce phénomène au cours des siècles aurait conduit à la forme actuelle du pont.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »248″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]

Paris – Le Pont Alexandre III

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont Alexandre III[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont Alexandre III est un pont franchissant la Seine entre le 7e et le 8e arrondissement de Paris.
Inauguré pour l’Exposition universelle de Paris en 1900, la première pierre fut posée par le tsar Nicolas II de Russie en 1896, et était destiné à symboliser l’amitié franco-russe, instaurée par la signature de l’alliance conclue en 1891 entre son père, le tsar Alexandre III (1845-1894) et le président de la République française Sadi Carnot. La construction de cet ouvrage d’art fut confiée aux ingénieurs Jean Résal et Amédée Alby, ainsi qu’aux architectes Cassien-Bernard et Gaston Cousin.
Construit dans l’axe de l’esplanade des Invalides, il conduit de celle-ci aux Petit et Grand Palais également construits pour l’exposition universelle.
Sur la colonne, rive droite en aval, fut gravée cette inscription : « Le 14 avril 1900, Émile Loubet président de la République Française a ouvert l’exposition universelle et inauguré le pont Alexandre III ».
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]’est un pont métallique de 40 mètres de large composé d’une seule arche de 107 mètres comprenant trois points d’articulation, permettant de franchir la Seine sans point d’appui intermédiaire. Deux tunnels en pierre se situent à ses extrémités.
Le pont a plusieurs fois changé de couleurs ; il est passé du gris au vert-brun puis au gris perle. Il a repris ses couleurs d’origine lors de son unique restauration en 19985.
Ses contreforts côté rive droite abritent depuis septembre 2006 une boîte de nuit appelée le Showcase, aménagée dans un hangar à bateau désaffecté. Ce lieu, ouvert au grand public à la mi-décembre 2006, peut être utilisé comme salle de concert ; des émissions de télévision y sont depuis enregistrées.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont Alexandre III de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »231,232″ disable= »map » headerlegend= »du Pont Alexandre III »]

Paris – Le Pont des Arts

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du pont des Arts[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont des Arts (ou la passerelle des Arts) est un pont traversant la Seine au centre de Paris. Il relie les quais Malaquais et Conti au niveau de l’Institut de France, dans le 6e arrondissement, aux quais François-Mitterrand et du Louvre au niveau de la cour carrée du palais du Louvre (qui s’appelait « palais des Arts » sous le Premier Empire), dans le 1er arrondissement.
Le pont des Arts est inscrit monument historique depuis le 17 mars 1975.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont actuel a été reconstruit entre 1981 et 1984 « à l’identique » selon les plans de Louis Arretche, qui a diminué le nombre des arches (sept au lieu de neuf), ce qui permet leur alignement sur celles du pont Neuf, tout en reprenant l’aspect de l’ancienne passerelle. La passerelle a été inaugurée par Jacques Chirac – alors maire de Paris – le 27 juin 1984.
Les restes de l’ancien pont sont installés dans le port de plaisance de Nogent-sur-Marne, où ils sont toujours visibles.
Servant parfois de lieu d’exposition, c’est aujourd’hui un lieu attirant les peintres, dessinateurs et photographes (pour son point de vue unique), mais aussi les amateurs de pique-niques durant l’été.
À la fin des années 1990, un projet de construction de passerelle piétonnière franchissant le Kamogawa à Kyoto, au Japon, a été développé en prenant comme modèle le pont des Arts ; il ne fut néanmoins pas mené à son terme devant l’opposition de la population.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]es parapets grillagés du Pont des Arts sont désormais le support de nombreux cadenas accrochés par des couples : ce sont des cadenas d’amour. Ces cadenas comportent en général des inscriptions faites au marqueur indélébile (voire des inscriptions gravées) mentionnant les prénoms ou les initiales des deux amoureux, la date à laquelle le cadenas a été accroché, et éventuellement un petit message.
Cette pratique est apparue sur le Pont des Arts en 2008, et s’est depuis étendue à la Passerelle Léopold-Sédar-Senghor ainsi qu’au Pont de l’Archevêché. L’origine de cette pratique est assez floue : elle est apparue en Europe de l’Est dans les années 1980 et 1990, puis s’est propagée en Europe occidentale dans les années 2000.
Les cadenas du Pont des Arts font régulièrement l’objet de disparitions inexpliquées s’apparentant à du vandalisme. Entre le 10 et le 12 mai 2010, presque tous les cadenas ont été enlevés pendant la nuit sans que les autorités publiques ne soient à l’origine de cette suppression. Alors que les parapets du pont supportaient entre 1600 et 2000 cadenas début mai 2010, il n’en restait plus qu’une quarantaine (les plus épais, infracturables) le 12 mai 2010. La pratique d’accrocher des cadenas a néanmoins rapidement repris, mais désormais le pont ne comporte presque plus de cadenas dont la date inscrite est antérieure à mai 2010. Il arrive par ailleurs que des pans entiers des parapets soient cisaillés et retirés au cours de la nuit, laissant le pont sans grillage à certains endroits, temporairement comblés par des planches en bois avant qu’un nouveau grillage ne soit installé aux endroits vandalisés. Ce fut notamment le cas en juillet 2011 (3 pans de grillage sectionnés en une nuit), ainsi que plusieurs fois par la suite. Cela explique les différences de « densité » de cadenas entre les différentes parties du Pont des Arts.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont des Arts de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »217,216,218″ disable= »map » headerlegend= »du pont des Arts »]

Paris – Le Pont des Arts et l’Institut de France

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du pont des Arts et de l’Institut de France[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont des Arts (ou la passerelle des Arts) est un pont traversant la Seine au centre de Paris. Il relie les quais Malaquais et Conti au niveau de l’Institut de France, dans le 6e arrondissement, aux quais François-Mitterrand et du Louvre au niveau de la cour carrée du palais du Louvre (qui s’appelait « palais des Arts » sous le Premier Empire), dans le 1er arrondissement.
Le pont des Arts est inscrit monument historique depuis le 17 mars 1975.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont actuel a été reconstruit entre 1981 et 1984 « à l’identique » selon les plans de Louis Arretche, qui a diminué le nombre des arches (sept au lieu de neuf), ce qui permet leur alignement sur celles du pont Neuf, tout en reprenant l’aspect de l’ancienne passerelle. La passerelle a été inaugurée par Jacques Chirac – alors maire de Paris – le 27 juin 1984.
Les restes de l’ancien pont sont installés dans le port de plaisance de Nogent-sur-Marne, où ils sont toujours visibles.
Servant parfois de lieu d’exposition, c’est aujourd’hui un lieu attirant les peintres, dessinateurs et photographes (pour son point de vue unique), mais aussi les amateurs de pique-niques durant l’été.
À la fin des années 1990, un projet de construction de passerelle piétonnière franchissant le Kamogawa à Kyoto, au Japon, a été développé en prenant comme modèle le pont des Arts ; il ne fut néanmoins pas mené à son terme devant l’opposition de la population.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]es parapets grillagés du Pont des Arts sont désormais le support de nombreux cadenas accrochés par des couples : ce sont des cadenas d’amour. Ces cadenas comportent en général des inscriptions faites au marqueur indélébile (voire des inscriptions gravées) mentionnant les prénoms ou les initiales des deux amoureux, la date à laquelle le cadenas a été accroché, et éventuellement un petit message.
Cette pratique est apparue sur le Pont des Arts en 2008, et s’est depuis étendue à la Passerelle Léopold-Sédar-Senghor ainsi qu’au Pont de l’Archevêché. L’origine de cette pratique est assez floue : elle est apparue en Europe de l’Est dans les années 1980 et 1990, puis s’est propagée en Europe occidentale dans les années 2000.
Les cadenas du Pont des Arts font régulièrement l’objet de disparitions inexpliquées s’apparentant à du vandalisme. Entre le 10 et le 12 mai 2010, presque tous les cadenas ont été enlevés pendant la nuit sans que les autorités publiques ne soient à l’origine de cette suppression. Alors que les parapets du pont supportaient entre 1600 et 2000 cadenas début mai 2010, il n’en restait plus qu’une quarantaine (les plus épais, infracturables) le 12 mai 2010. La pratique d’accrocher des cadenas a néanmoins rapidement repris, mais désormais le pont ne comporte presque plus de cadenas dont la date inscrite est antérieure à mai 2010. Il arrive par ailleurs que des pans entiers des parapets soient cisaillés et retirés au cours de la nuit, laissant le pont sans grillage à certains endroits, temporairement comblés par des planches en bois avant qu’un nouveau grillage ne soit installé aux endroits vandalisés. Ce fut notamment le cas en juillet 2011 (3 pans de grillage sectionnés en une nuit), ainsi que plusieurs fois par la suite. Cela explique les différences de « densité » de cadenas entre les différentes parties du Pont des Arts.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’Institut de France est le nom d’une institution académique française créée le 25 octobre 1795, siégeant dans l’ancien bâtiment parisien du Collège des Quatre-Nations situé au no 23 quai de Conti dans le 6e arrondissement de Paris.
L’institut de France regroupe l’Académie française, l’Académie des inscriptions et belles-lettres, l’Académie des sciences, l’Académie des beaux-arts et l’Académie des sciences morales et politiques. Plusieurs fondations, suite à des legs à cette institution, dépendent de l’Institut, regroupant des musées, des monuments historiques, des propriétés en France et à l’étranger.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Articles Pont des Arts de Wikipédia en français (auteurs) et Institut de France de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »209″ disable= »map » headerlegend= »du pont des Arts et de l’Institut de France »]

Paris – Le pont des Arts

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du pont des Arts[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont des Arts (ou la passerelle des Arts) est un pont traversant la Seine au centre de Paris. Il relie les quais Malaquais et Conti au niveau de l’Institut de France, dans le 6e arrondissement, aux quais François-Mitterrand et du Louvre au niveau de la cour carrée du palais du Louvre (qui s’appelait « palais des Arts » sous le Premier Empire), dans le 1er arrondissement.
Le pont des Arts est inscrit monument historique depuis le 17 mars 1975.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont actuel a été reconstruit entre 1981 et 1984 « à l’identique » selon les plans de Louis Arretche, qui a diminué le nombre des arches (sept au lieu de neuf), ce qui permet leur alignement sur celles du pont Neuf, tout en reprenant l’aspect de l’ancienne passerelle. La passerelle a été inaugurée par Jacques Chirac – alors maire de Paris – le 27 juin 1984.
Les restes de l’ancien pont sont installés dans le port de plaisance de Nogent-sur-Marne, où ils sont toujours visibles.
Servant parfois de lieu d’exposition, c’est aujourd’hui un lieu attirant les peintres, dessinateurs et photographes (pour son point de vue unique), mais aussi les amateurs de pique-niques durant l’été.
À la fin des années 1990, un projet de construction de passerelle piétonnière franchissant le Kamogawa à Kyoto, au Japon, a été développé en prenant comme modèle le pont des Arts ; il ne fut néanmoins pas mené à son terme devant l’opposition de la population.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]es parapets grillagés du Pont des Arts sont désormais le support de nombreux cadenas accrochés par des couples : ce sont des cadenas d’amour. Ces cadenas comportent en général des inscriptions faites au marqueur indélébile (voire des inscriptions gravées) mentionnant les prénoms ou les initiales des deux amoureux, la date à laquelle le cadenas a été accroché, et éventuellement un petit message.
Cette pratique est apparue sur le Pont des Arts en 2008, et s’est depuis étendue à la Passerelle Léopold-Sédar-Senghor ainsi qu’au Pont de l’Archevêché. L’origine de cette pratique est assez floue : elle est apparue en Europe de l’Est dans les années 1980 et 1990, puis s’est propagée en Europe occidentale dans les années 2000.
Les cadenas du Pont des Arts font régulièrement l’objet de disparitions inexpliquées s’apparentant à du vandalisme. Entre le 10 et le 12 mai 2010, presque tous les cadenas ont été enlevés pendant la nuit sans que les autorités publiques ne soient à l’origine de cette suppression. Alors que les parapets du pont supportaient entre 1600 et 2000 cadenas début mai 2010, il n’en restait plus qu’une quarantaine (les plus épais, infracturables) le 12 mai 2010. La pratique d’accrocher des cadenas a néanmoins rapidement repris, mais désormais le pont ne comporte presque plus de cadenas dont la date inscrite est antérieure à mai 2010. Il arrive par ailleurs que des pans entiers des parapets soient cisaillés et retirés au cours de la nuit, laissant le pont sans grillage à certains endroits, temporairement comblés par des planches en bois avant qu’un nouveau grillage ne soit installé aux endroits vandalisés. Ce fut notamment le cas en juillet 2011 (3 pans de grillage sectionnés en une nuit), ainsi que plusieurs fois par la suite. Cela explique les différences de « densité » de cadenas entre les différentes parties du Pont des Arts.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont des Arts de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »208″ disable= »map » headerlegend= »du pont des Arts »]

Paris – Cathédrale Notre-Dame de Paris vue du Port Henri IV

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Port Henri IV[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e port Henri-IV est une voie située dans les 4e et 12e arrondissement de Paris.
Construit en 1843 par la réunion du port de Mazas et d’une portion du port des Célestins et de l’ancien port Henri-IV1, il longe la Seine sur sa rive droite, entre le pont d’Austerlitz et le pont de Sully. Il ne doit pas être confondu avec le quai Henri-IV qui le surplombe.
Le port Henri-IV marque l’entrée du canal Saint-Martin depuis la Seine.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a cathédrale Notre-Dame de Paris, Notre-Dame de Paris ou Notre-Dame est la cathédrale de l’archidiocèse catholique de Paris.
Elle est située sur la moitié est de l’île de la Cité, dans le quatrième arrondissement de Paris. Sa façade occidentale domine le parvis Notre-Dame – place Jean-Paul-II.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Port Henri IV de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »203″ disable= »map » headerlegend= »du Port Henri IV »]