Archives par mot-clé : Provence – Côte d’Azur

Gordes – Le village de Gordes

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Gordes[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]G[/dropcap2]ordes est un village et une commune française, situé dans le département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon.
Perché sur un rocher, le village est classé parmi les plus beaux villages de France grâce à son patrimoine riche et varié : deux abbayes, de très nombreux hameaux anciens, plusieurs moulins à eau et à vent et plusieurs centaines de cabanes en pierre sèche ou bories.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gordes de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »468,469″ disable= »map » headerlegend= »de Gordes »]

Gordes – Vue depuis le village

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Gordes[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]G[/dropcap2]ordes est un village et une commune française, situé dans le département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon.
Perché sur un rocher, le village est classé parmi les plus beaux villages de France grâce à son patrimoine riche et varié : deux abbayes, de très nombreux hameaux anciens, plusieurs moulins à eau et à vent et plusieurs centaines de cabanes en pierre sèche ou bories.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gordes de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »467,466″ disable= »map » headerlegend= »de Gordes »]

Gordes – Place Genty Pantaly

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Gordes[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]G[/dropcap2]ordes est un village et une commune française, situé dans le département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon.
Perché sur un rocher, le village est classé parmi les plus beaux villages de France grâce à son patrimoine riche et varié : deux abbayes, de très nombreux hameaux anciens, plusieurs moulins à eau et à vent et plusieurs centaines de cabanes en pierre sèche ou bories.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gordes de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »465″ disable= »map » headerlegend= »de Gordes »]

Gordes – Vue sur le village à la nuit tombante

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Gordes[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]G[/dropcap2]ordes est un village et une commune française, situé dans le département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon.
Perché sur un rocher, le village est classé parmi les plus beaux villages de France grâce à son patrimoine riche et varié : deux abbayes, de très nombreux hameaux anciens, plusieurs moulins à eau et à vent et plusieurs centaines de cabanes en pierre sèche ou bories.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gordes de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »464,463,462″ disable= »map » headerlegend= »de Gordes »]

Gordes – Le Village des bories

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Village des bories[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]S[/dropcap2]ous le nom récent de « Village des bories » existe, à 1,5 km à l’ouest de Gordes (Vaucluse), un ancien groupement d’une vingtaine de cabanes en pierre sèche (montées sans mortier) à vocation agricole et à usage principalement saisonnier, constitué depuis trois décennies en musée de plein air.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Village des bories de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »461″ disable= »map » headerlegend= »du Village des bories »]

Roussillon – Le sentier des Ocres

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Roussillon[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]R[/dropcap2]oussillon est une commune française située dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Le village est classé parmi les plus beaux villages de France et fait partie du périmètre Parc naturel régional du Luberon.
Roussillon est célèbre pour la richesse de ses ocres. De grandes carrières ont été exploitées depuis la fin du XVIIIe siècle et ont employé mille personnes jusqu’en 1930 mais, aujourd’hui, afin de ralentir les dégradations du site, il est interdit d’en ramasser sous peine d’amende.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’exploitation de l’ocre à Roussillon doit tout à Jean-Étienne Astier qui, entre 1780 et 1785, étudia les propriétés des sables jaunes et rouges qui dominaient sur ses terres. En 1790, il reçut l’aval du nouveau conseil municipal pour utiliser le moulin à huile du village. Cette période révolutionnaire, n’empêcha pas ses affaires de fructifier. En 1810, il fait fonctionner deux usines à proximité du village et une fabrique dans Roussillon même.
Si l’ocre n’est plus exploitée sur la commune, son sentier des ocres attire des milliers de touristes. À quelques centaines de mètres du cœur du village, côté sud-est, ne pas manquer le sentier des ocres (payant), dont les teintes vont du jaune au violet. Ce sentier aménagé, balisé et agrémenté de panonceaux didactiques permet de découvrir la flore particulière des collines d’ocres (yeuses, chênes blancs, genévriers…) ainsi que les étonnants paysages formés par les anciennes carrières : action de l’homme mais aussi de l’érosion sculptant ces aiguilles des fées au-dessus de la fameuse chaussée des géants.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Roussillon (Vaucluse) de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »474,475,473,472,471″ disable= »map » headerlegend= »de Roussillon »]

Roussillon – Vue sur le village de Roussillon

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Roussillon[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]R[/dropcap2]oussillon est une commune française située dans le département de Vaucluse et la région Provence-Alpes-Côte d’Azur.
Le village est classé parmi les plus beaux villages de France et fait partie du périmètre Parc naturel régional du Luberon.
Roussillon est célèbre pour la richesse de ses ocres. De grandes carrières ont été exploitées depuis la fin du XVIIIe siècle et ont employé mille personnes jusqu’en 1930 mais, aujourd’hui, afin de ralentir les dégradations du site, il est interdit d’en ramasser sous peine d’amende.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’exploitation de l’ocre à Roussillon doit tout à Jean-Étienne Astier qui, entre 1780 et 1785, étudia les propriétés des sables jaunes et rouges qui dominaient sur ses terres. En 1790, il reçut l’aval du nouveau conseil municipal pour utiliser le moulin à huile du village. Cette période révolutionnaire, n’empêcha pas ses affaires de fructifier. En 1810, il fait fonctionner deux usines à proximité du village et une fabrique dans Roussillon même.
Si l’ocre n’est plus exploitée sur la commune, son sentier des ocres attire des milliers de touristes.
À quelques centaines de mètres du cœur du village, côté sud-est, ne pas manquer le sentier des ocres (payant), dont les teintes vont du jaune au violet. Ce sentier aménagé, balisé et agrémenté de panonceaux didactiques permet de découvrir la flore particulière des collines d’ocres (yeuses, chênes blancs, genévriers…) ainsi que les étonnants paysages formés par les anciennes carrières : action de l’homme mais aussi de l’érosion sculptant ces aiguilles des fées au-dessus de la fameuse chaussée des géants.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Roussillon (Vaucluse) de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »470″ disable= »map » headerlegend= »de Roussillon »]

Fontaine-de-Vaucluse – Sur les bords du gouffre

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la Fontaine-de-Vaucluse[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, source de la Sorgue, est la plus importante exsurgence de France métropolitaine. Elle est classée au cinquième au rang mondial avec un débit annuel de 630 et 700 millions de mètres cubes. Cette exsurgence sert de référence en hydrogéologie pour la caractérisation d’une typologie dénommée « source vauclusienne ».
Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence. C’est un siphon de 308 mètres de profondeur, dont 223 sous le niveau de la mer. Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.
Les premières explorations du gouffre ont débuté en 1878, et le point le plus bas, soit – 308 m à partir de la surface de la grotte, n’a été atteint qu’en 1985 par un robot de la Société spéléologique de Fontaine de Vaucluse.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, la plus grosse source de France, est ici appelée « la Fontaine ». Celle-ci donne naissance à la Sorgue qui se divise en plusieurs bras dans la plaine comtadine et s’écoule en direction de Saumane puis l’Isle-sur-la-Sorgue pour devenir ensuite un affluent de l’Ouvèze à Bédarrides et Sorgues et du Rhône à Avignon.
Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m³/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m³/s (79 cm), la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m³/s.
La résurgence de Fontaine de Vaucluse est en fait la sortie naturelle la plus importante d’un « réservoir » (galeries et cavités du massif des monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et draine du Mont Ventoux à la Montagne de Lure les eaux de pluie ainsi que la fonte des neiges) sur une surface totale de 1 100 km².
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fontaine-de-Vaucluse de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »459,460″ disable= »map » headerlegend= »de la Fontaine-de-Vaucluse »]

Fontaine-de-Vaucluse – Le gouffre

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la Fontaine-de-Vaucluse[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, source de la Sorgue, est la plus importante exsurgence de France métropolitaine. Elle est classée au cinquième au rang mondial avec un débit annuel de 630 et 700 millions de mètres cubes. Cette exsurgence sert de référence en hydrogéologie pour la caractérisation d’une typologie dénommée « source vauclusienne ».
Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence. C’est un siphon de 308 mètres de profondeur, dont 223 sous le niveau de la mer. Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.
Les premières explorations du gouffre ont débuté en 1878, et le point le plus bas, soit – 308 m à partir de la surface de la grotte, n’a été atteint qu’en 1985 par un robot de la Société spéléologique de Fontaine de Vaucluse.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, la plus grosse source de France, est ici appelée « la Fontaine ». Celle-ci donne naissance à la Sorgue qui se divise en plusieurs bras dans la plaine comtadine et s’écoule en direction de Saumane puis l’Isle-sur-la-Sorgue pour devenir ensuite un affluent de l’Ouvèze à Bédarrides et Sorgues et du Rhône à Avignon.
Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m³/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m³/s (79 cm), la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m³/s.
La résurgence de Fontaine de Vaucluse est en fait la sortie naturelle la plus importante d’un « réservoir » (galeries et cavités du massif des monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et draine du Mont Ventoux à la Montagne de Lure les eaux de pluie ainsi que la fonte des neiges) sur une surface totale de 1 100 km².
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fontaine-de-Vaucluse de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »458″ disable= »map » headerlegend= »de la Fontaine-de-Vaucluse »]

Fontaine-de-Vaucluse – Sur les rives de la Sorgue

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la Fontaine-de-Vaucluse[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, source de la Sorgue, est la plus importante exsurgence de France métropolitaine. Elle est classée au cinquième au rang mondial avec un débit annuel de 630 et 700 millions de mètres cubes. Cette exsurgence sert de référence en hydrogéologie pour la caractérisation d’une typologie dénommée « source vauclusienne ».
Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence. C’est un siphon de 308 mètres de profondeur, dont 223 sous le niveau de la mer. Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.
Les premières explorations du gouffre ont débuté en 1878, et le point le plus bas, soit – 308 m à partir de la surface de la grotte, n’a été atteint qu’en 1985 par un robot de la Société spéléologique de Fontaine de Vaucluse.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, la plus grosse source de France, est ici appelée « la Fontaine ». Celle-ci donne naissance à la Sorgue qui se divise en plusieurs bras dans la plaine comtadine et s’écoule en direction de Saumane puis l’Isle-sur-la-Sorgue pour devenir ensuite un affluent de l’Ouvèze à Bédarrides et Sorgues et du Rhône à Avignon.
Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m³/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m³/s (79 cm), la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m³/s.
La résurgence de Fontaine de Vaucluse est en fait la sortie naturelle la plus importante d’un « réservoir » (galeries et cavités du massif des monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et draine du Mont Ventoux à la Montagne de Lure les eaux de pluie ainsi que la fonte des neiges) sur une surface totale de 1 100 km².
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fontaine-de-Vaucluse de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »457″ disable= »map » headerlegend= »de la Fontaine-de-Vaucluse »]