Archives par mot-clé : Sphérique

Eglise de Saint-Martin-de-Londres

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Saint-Martin-de-Londres[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]S[/dropcap2]aint-Martin-de-Londres (occitan : Sant Martin de Londras) est une commune française, située dans le département de l’Hérault et la région Languedoc-Roussillon.
Commune située au nord de Montpellier, en bordure de la plaine de Londres (l’étymologie dérive du mot celtique lund signifiant marais), dans la Garrigue languedocienne, presqu’au pied des Cévennes et à proximité du Pic Saint-Loup et de la montagne d’Hortus. Le village est centré autour de sa Place des Platanes – platanes centenaires. Elle a conservé une bonne partie de ses remparts du XIVe siècle et, pour partie, l’ancien enclos seigneurial du XIIe siècle, le vieux fort, dont il subsiste une porte. L’église paroissiale, construite par les moines de Saint-Guilhem-le-Désert, en occupe le centre, tandis que le presbytère occupe l’ancienne maison claustrale au-dessus des restes d’un porche.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’église Saint-Martin est une église romane construite au XIème siècle classée monument historique. Elle est, à l’origine, construite d’après un plan centré surmonté d’une coupole. À l’extérieur, sur sa toiture de lauzes, un lanternon est édifié qui abrite une petite cloche. Un autre clocher à une baie est ajouté au XVIIIe siècle, dont la cloche réalisée par le maître fondeur montpelliérain Jean Poutingon est également classée monument historique.
De nombreuses ruelles et maisons pittoresques sont situées au cœur de l’ancien village.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Saint-Martin-de-Londres de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »478,476,477″ disable= »map » headerlegend= »de Saint-Martin-de-Londres »]

Muckross Park – Muckross Abbey – La salle principale

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de l’Abbaye de Muckross[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’abbaye de Muckross est l’un des principaux sites ecclésiastiques du Parc national de Killarney dans le Comté de Kerry en Irlande. Elle est fondée en 1448 par Donal McCarthy Mor et établie dès lors comme monastère pour les frères franciscains de l’Observance. Le dernier Mac Carthy à être abbé laïc de Muckross fut Donal Mac Carthy Mor, comte de Glencar, mort en 1596.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]’histoire de l’abbaye est ponctuée par la violence : elle est saccagée puis reconstruite plusieurs fois. Les moines faisaient souvent l’objet de persécussions et subirent les attaques répétées de bandes de pillards. L’abbaye est finalement brûlée par les troupes d’Oliver Cromwell en 1652.
Les Mac Carthy, O’Sullivan et O’Donoghe, trois grands chefs de clan, y sont enterrés, ainsi que de grands poètes du comté de Kerry du XVIIe et XVIIIe siècles, tels que O’Donoghue, Aogán O’Rathaille et O’Suilleabhain.
Aujourd’hui, l’abbaye, bien que n’ayant plus de toit sur sa majeure partie, est relativement bien conservée. L’une de ses curiosités est son cloître voûté, de style romano-gothique normand, organisé autour d’une cour intérieure qui abrite un grand if plusieurs fois centenaire, comme à l’abbaye de Jumièges.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Abbaye de Muckross de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »376″ disable= »map » headerlegend= »de l’Abbaye de Muckross »]

Ring of Kerry – Derrynane’s Beach

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Derrynane’s Beach[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]D[/dropcap2]errynane’s Beach est une grande plage de sable dans la baie de Derrynane, c’est l’une des plus belles plages et les plus propres au monde.
La plage est située à proximité de la zone « Natural Heritage Area ».
Le village de Caherdaniel est situé à un mile au nord-ouest de la plage. Derrynane house, ancienne maison de Daniel O’Connell est à quelques pas de la plage.
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »431″ disable= »map » headerlegend= »de Derrynane’s Beach »]

Ring of Kerry – Kells Bay beach

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Kells Bay beach[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]K[/dropcap2]ells Bay beach est idéalement située entre Glenbeigh et Cahirsiveen et incarne la nature préservée du South Kerry.
Cette petite plage est située à proximité d’un petit port bucolique s’ouvrant sur la baie de Dingle.
Un large éventail de flore et de faune entoure la plage, la zone fait donc partie d’une « Special Area of Conservation » et d’un « Natural heritage site ».
La plage est assez privée et est beaucoup plus silencieuse que les autres plages qui se trouvent dans la zone. Un mot pour décrire Kells – Parfait!
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »411,410″ disable= »map » headerlegend= »de Kells Bay beach »]

Muckross Park – Muckross House

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Muckross House[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]M[/dropcap2]uckross House (en irlandais : Theach Mhucrois) est une propriété qui se situe dans le Parc national de Killarney, à 6 km de la ville de Killarney dans la comté de Kerry en Irlande.
Manoir conçu par l’architecte écossais William Burn (1789-1870), Muckross House est construit en 1843 pour le compte de Henry Arthur Herbert, député du comté de Kerry au Parlement du Royaume-Uni et de sa femme, l’aquarelliste Mary Balfour Herbert. Le site retenu est celui de la petite péninsule de Muckross, entre le lac Muckross et celui de Lough Leane.
De style Tudor, il se compose de 65 pièces. De gros travaux d’aménagement sont entrepris dès les années 1850 pour préparer la visite de la reine Victoria en 1861, les Herbert espérant tirer du séjour de la souveraine quelques avantages. Mais les dépenses aggravent les difficultés financières de la famille, qui doit vendre la propriété.
Le manoir est aujourd’hui co-géré en centre touristique par Dύchas The Heritage Service et la société Trustees of Muckross House (Killaney) Ltd. Des visites guidées sont proposées, les écuries ont quant à elles été reconverties en restaurant et magasin de souvenirs.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]es jardins
L’arboretum et les fermes traditionnelles sont également ouverts au public. Les jardins sont particulièrement réputés pour leur collection de rhododendrons, d’hybrides et d’azalées. Ils se partagent entre jardin en bassins et jardin japonais, sur un affleurement naturel de pierres à chaux. L’arboretum compte de nombreux arbres exotiques et tempérés.
Les vaches paissant dans les prairies du domaine sont de la race du Kerry et représentais jadis l’élevage principal d’Irlande.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Muckross House de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »386,385,384,383,382″ disable= »map » headerlegend= »de Muckross House »]

Gordes – Vue depuis le village

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de Gordes[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]G[/dropcap2]ordes est un village et une commune française, situé dans le département de Vaucluse, région Provence-Alpes-Côte d’Azur. C’est un des villages les plus visités du parc naturel régional du Luberon.
Perché sur un rocher, le village est classé parmi les plus beaux villages de France grâce à son patrimoine riche et varié : deux abbayes, de très nombreux hameaux anciens, plusieurs moulins à eau et à vent et plusieurs centaines de cabanes en pierre sèche ou bories.
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Gordes de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »467,466″ disable= »map » headerlegend= »de Gordes »]

Fontaine-de-Vaucluse – Sur les bords du gouffre

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description de la Fontaine-de-Vaucluse[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, source de la Sorgue, est la plus importante exsurgence de France métropolitaine. Elle est classée au cinquième au rang mondial avec un débit annuel de 630 et 700 millions de mètres cubes. Cette exsurgence sert de référence en hydrogéologie pour la caractérisation d’une typologie dénommée « source vauclusienne ».
Le village est dominé par une gigantesque falaise de 230 à 240 mètres où la fontaine a creusé sa résurgence. C’est un siphon de 308 mètres de profondeur, dont 223 sous le niveau de la mer. Cette énorme source a donné son nom à toutes les « fontaines vauclusiennes » du monde.
Les premières explorations du gouffre ont débuté en 1878, et le point le plus bas, soit – 308 m à partir de la surface de la grotte, n’a été atteint qu’en 1985 par un robot de la Société spéléologique de Fontaine de Vaucluse.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]a Fontaine de Vaucluse, la plus grosse source de France, est ici appelée « la Fontaine ». Celle-ci donne naissance à la Sorgue qui se divise en plusieurs bras dans la plaine comtadine et s’écoule en direction de Saumane puis l’Isle-sur-la-Sorgue pour devenir ensuite un affluent de l’Ouvèze à Bédarrides et Sorgues et du Rhône à Avignon.
Elle est classée cinquième au rang mondial avec un débit d’eau annuel de 630 millions de mètres cubes (20,0 m³/s). Le débit en fin d’été 2009 est descendu à 6 m³/s (79 cm), la sortie des eaux devient spectaculaire en période de crue (hiver et printemps avec un débit qui peut atteindre les 90 m3/s et dans ses plus forts débits, 170 m³/s.
La résurgence de Fontaine de Vaucluse est en fait la sortie naturelle la plus importante d’un « réservoir » (galeries et cavités du massif des monts de Vaucluse et du massif des Baronnies et draine du Mont Ventoux à la Montagne de Lure les eaux de pluie ainsi que la fonte des neiges) sur une surface totale de 1 100 km².
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Fontaine-de-Vaucluse de Wikipédia en français (auteurs) [/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »459,460″ disable= »map » headerlegend= »de la Fontaine-de-Vaucluse »]

Pont du Gard – Nuit sur le Pont du Gard

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »263,261″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]

Pont du Gard – Sur le Pont du Gard à la nuit tombante

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »259,260″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]

Pont du Gard – Plages sous le Pont du Gard

[fancy_header3 variation= »steelblue »]Description du Pont du Gard[/fancy_header3]
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est un pont-aqueduc romain à trois niveaux, situé sur la commune de Vers-Pont-du-Gard, près de Remoulins, dans le département du Gard (France).
Il enjambe le Gardon, ou Gard. Probablement bâti dans la première moitié du Ier siècle, il assurait la continuité de l’aqueduc romain qui conduisait l’eau d’Uzès à Nîmes. Les dernières recherches montreraient que son fonctionnement cessa au début du VIe siècle.
Au Moyen Âge, les piles du second étage furent échancrées et l’ouvrage fut utilisé comme pont routier. L’architecture exceptionnelle du pont du Gard attira l’attention dès le XVIe siècle, qui dès lors bénéficia de restaurations régulières destinées à préserver son intégrité. Un pont routier lui fut accolé en 1743-1747. Plus haut pont-aqueduc connu du monde romain, il a été classé monument historique en 1840 et inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’Unesco en décembre 1985. Le site a fait l’objet d’importants aménagements en 2000.
[dropcap2 variation= »steelblue »]L[/dropcap2]e pont du Gard est la partie monumentale d’un aqueduc de plus de 50 km de longueur (52 702 m), qui apportait l’eau de la Fontaine d’Eure, située au pied d’Uzès, jusqu’à la ville romaine de Nemausus, aujourd’hui Nîmes3. Les eaux de la source proviennent en partie de la rivière d’Alzon, qui passe par les environs d’Uzès, et des eaux récoltées du mont Bouquet, situé plus près d’Alès. L’aqueduc proprement dit est un chef-d’œuvre d’ingénierie, témoignage de l’extraordinaire maîtrise des constructeurs anciens : le dénivelé entre les points de départ et d’arrivée n’est que de 12,6 m, la pente moyenne générale étant de 24,8 cm par km. À cause du relief, l’aqueduc serpente à travers les petites montagnes et vallées des garrigues d’Uzès et de Nîmes.
[dropcap2 variation= »steelblue »]C[/dropcap2]onstruit sur trois étages avec les pierres extraites sur les lieux mêmes dans les carrières romaines environnantes, le sommet du pont domine le Gard, en basses eaux, à 48,77 m de hauteur, et, sur sa plus grande longueur, l’ouvrage mesure actuellement 275 m.
[fancy_list style= »bullet_list » variation= »steelblue »]

  • Étage inférieur : 6 arches, 142,35 m de longueur, 6,36 m de largeur, 21,87 m de hauteur.
  • Étage moyen : 11 arches, 242,55 m de longueur, 4,56 m de largeur, 19,50 m de hauteur.
  • Étage supérieur : 35 arches, 275 m de long, 3,06 m de largeur, 7,40 m de hauteur. Cet étage a perdu 12 arches, et mesurait initialement 360 m ; il était précédé d’une culée de 130 m de long ; à l’origine de cette culée a été découvert en 1988 un ouvrage de régulation. Les arches avaient 16 pieds romains d’ouverture (4,75 m), tandis que les piles avaient environ 10 pieds sur 10 (3 m).
  • Conduite : 1,80 m de hauteur, 1,20 m de largeur, pente de 0,4 %.

[/fancy_list]
[div style= »text-align:right »]Contenu soumis à la licence CC-BY-SA. Source : Article Pont du Gard de Wikipédia en français (auteurs)[/div]
[nextgen_portfolio_list thumb= »medium » offset= »0″ showposts= »9″ pictures= »257,258″ disable= »map » headerlegend= »du Pont du Gard »]